Sélectionner une page

Maîtriser ses réglages d’exposition comme un pro – étape 2

Tu as franchi la première étape avec succès : bravo !

 La deuxième étape comprend deux modules.

Le module 2 consiste à répertorier les variables d’exposition (intensité lumineuse, ISO, ouverture, vitesse), et à comprendre à quoi chacune correspond et quelle utilisation créative tu peux en faire.

 Le module 3 t’explique l’utilisation des 6 modes d’exposition : les trois modes automatiques, les deux modes semi-automatiques et le mode manuel.

 Dans l’article précédent, j’ai pu te laisser penser que j’avais une dent contre le mode manuel.

 Ce n’est évidemment pas le cas.

D’ailleurs je lui consacre pas moins de 8 vidéos sur les 13 du module 3 pour justement t’aider à l’utiliser au mieux, et profiter de sa flexibilité et adaptabilité, contrairement à l’image que l’on en a d’un mode rigide réservé à une élite, aux Mozart du boîtier, aux virtuoses du déclencheur que l’on est pressé de rejoindre pour être reconnu comme un « vrai » photographe…

 Je te dévoile des utilisations possibles du mode manuel, qu’il est fort probable que tu ne découvriras qu’ici :

  1. Le mode manuel assisté
  2. Le mode manuel semi-auto
  3. Le pifomètre assisté
  4. Le mode manuel comme mémoire d’exposition
  5. Le mode manuel comme outil créatif

 Pour ma part, je considère simplement que le mode manuel est un mode d’exposition comme un autre, qu’il faut apprendre à s’en servir comme un autre, et l’utiliser quand c’est le plus pertinent de le faire.

 Et qu’en aucun cas ce n’est une fin en soi, le Saint Graal qui ferait de toi, au terme d’une quête salvatrice, un meilleur photographe !

 Le mode manuel n’est pas plus difficile qu’un autre, pas plus « pédagogique » qu’un autre, il fait simplement partie de la panoplie d’outils que tout photographe se doit de maîtriser.

 Dans la vidéo qui suit, je te montre la méthode que j’appelle du « pifomètre assisté » qui, de mon point de vue, est celle qui te permet le mieux d’aborder le mode manuel en toute décontraction.

N’attends pas pour prendre ton boîtier et faire l’exercice : tu verras comme finalement il n’y a pas besoin de se prendre la tête pour réaliser une exposition correcte.

 Avec cette étape, presque tous les outils te permettant de façonner une exposition correcte sont en place : tu les connais, tu sais à quoi ils servent et tu n’en a plus peur : c’est un vrai progrès !

 L’étape suivante te donne des procédures de réglages d’exposition (car cette formation est avant tout pratique), te dévoile les moyens à ta disposition pour contrôler tes expositions et les corriger si nécessaire.

 Nous voyons cela dans le prochain article.

 Mais tu peux accéder dès maintenant à la formation « Maîtriser l’exposition comme un pro », en promotion jusqu’au dimanche 21 juillet, en cliquant ici.